accueil

A MON SUJET

Bio

Je suis un vrai geek (computer kid, si vous préférez), passionné d'histoire, et j'adore écrire.
Je n'ai même pas le temps d'avoir un chien ou un chat. Il faudrait s'en occuper.

J'ai grandi avec la littérature américaine. Parmi mes auteurs préférés : James Ellroy, Leigh Brackett, James Clavell. Je relis tous les deux ans les classiques que sont Dune et Shogun.
Je pourrais ajouter aussi Isaac Asimov, Alfred Bester, Philip K. Dick...
Parmi les français, j'ai un faible pour Victor Hugo, Baudelaire, Boris Vian.

 

Je vous passe la tarte au caramel que fait ma tante, et l'endroit où j'ai grandi.

 

Je pense, vis et dors dans le monde des Chevaliers Noirs depuis longtemps. C'est une création, qui m'a beaucoup absorbé. J'adore les personnages – quasiment tous – et suis obsédé par le fait de ne pas lâcher un texte, avant de leur avoir rendu justice.
Pour mon malheur, je pars d'une vision (de ce que je veux voir, de ce que je voudrais lire, des ressorts psychologiques des personnages, de ce qui serait plausible), et j'essaie de retranscrire au mieux cette vision. Elle ne me lâche pas. C'est au moins une démarche sincère.

 

Pour le civil, je suis chef de projet en informatique, spécialiste des technologies Java, architectures, bases de données et sécurité. J'ai travaillé pour Suns Microsystems, Oracle, indirectement pour Microsoft et IBM. (J’arrête là, même si Larry Ellison est mon boss préféré – il a dû lire Shogun).

 

J'ai toujours eu une passion pour l'histoire – ça ne vous surprendra qu'à moitié. Et je passe au moins autant de temps à lire des essais historiques purs et durs, qu'à lire des romans. Parmi mes auteurs préférés, j'aurais pu citer Ferdinand Lot, Marc Bloch, Georges Duby, Plutarque, Viollet-le-Duc...
Si ça ne vous dit rien, sachez juste que je n'ai pas fait n'importe quoi au niveau de mes romans, pour dépeindre l'époque médiévale.

 

En 1995, j'ai publié une étude historique sur l'évolution des « Armes, Armures, Vêtements, et Mobilier du 8ème au 13ème siècle ». Des évolutions sur six siècles, en partant des racines linguistiques et de la datation étymologique. Je pioche encore dans mes travaux pour écrire Chevaliers Noirs, tout en comparant soigneusement avec les sources actuelles, car l'archéologie ne m’a pas attendu pour faire des découvertes…

 

Je vous l'avoue aussi, je ne sais pas toujours comment résumer l’énorme univers de Chevaliers Noirs en une seule phrase, une seule idée. Il représente plusieurs choses pour moi – et je l’espère pour vous – un monde profond et riche, essentiellement vivant, avec plus d’un thème majeur et sous-jacent.

 

Finalement un jour, j'ai décidé de l'écrire en me moquant des étiquettes, et je pense avoir bien fait.
Si vous l'appréciez aussi, sincèrement, je ne peux pas entendre meilleur compliment.

 


Vous pouvez aussi...